🇨🇵 Carnaval : l’autre facette de la culture allemande

L’Allemagne est souvent caractĂ©risĂ©e par un ensemble de dimensions culturelles qui, Ă  première vue, peignent une image de rigueur et de rĂ©serve. Ces dimensions comprennent entre autres une profonde orientation vers les faits, qui se traduit par une forte focalisation sur les donnĂ©es, l’efficacitĂ© et la productivitĂ© dans la vie professionnelle comme dans la vie privĂ©e. Cette orientation conduit Ă  un mode de communication qui est direct et fonctionnel, laissant peu de place au small talk ou aux conversations superficielles.

De plus, la culture allemande se distingue par une conformitĂ© aux règles prononcĂ©e. Les règles, normes et structures sont l’Ă©pine dorsale de la coexistence sociale et garantissent l’ordre et la fiabilitĂ©. Cette adhĂ©rence aux règles est visible dans de nombreux domaines de la vie, de l’adhĂ©sion stricte aux règles de circulation jusqu’aux prescriptions lĂ©gales prĂ©cisĂ©ment dĂ©finies dans la vie professionnelle.

Un autre aspect est la retenue dans l’expression des Ă©motions. Les Allemands sont considĂ©rĂ©s comme rĂ©servĂ©s, surtout en comparaison avec les cultures plus latines, oĂą une reprĂ©sentation plus ouverte des Ă©motions est courante. Cette rĂ©serve Ă©motionnelle est souvent mal interprĂ©tĂ©e comme de la froideur ou du dĂ©sintĂ©rĂŞt, mais elle dĂ©coule d’un respect profondĂ©ment enracinĂ© de la vie privĂ©e et des limites personnelles de l’interlocuteur.

Mais si l’on se rend dans certaines rĂ©gions d’Allemagne pendant la pĂ©riode du carnaval, on est vite dĂ©trompĂ©. On pourrait se demander si les thĂ©ories interculturelles ne passent pas ici Ă  cĂ´tĂ© de la rĂ©alitĂ©.

Il n’est pas facile de rĂ©pondre Ă  la question de savoir pourquoi les Allemands se comportent de manière si « atypique » lors du carnaval. Mon interprĂ©tation personnelle est que le carnaval constitue une sorte d’exutoire pour la sociĂ©tĂ© allemande, par ailleurs si structurĂ©e et soumise Ă  des règles. Pendant l’annĂ©e, l’efficacitĂ©, la ponctualitĂ© et un certain sĂ©rieux dominent le quotidien. Mais le carnaval offre une pĂ©riode clairement dĂ©finie pendant laquelle ces normes sociales sont temporairement suspendues.

Cette pause temporaire des normes donne aux gens l’opportunitĂ© de se glisser dans un autre rĂ´le et d’explorer des aspects de leur personnalitĂ© qui ne trouvent pas leur place dans la vie quotidienne. C’est comme si le carnaval offrait un espace sĂ»r oĂą l’on peut expĂ©rimenter, exagĂ©rer et jouer. L’expĂ©rience collective joue Ă©galement un rĂ´le : en participant tous et en se dĂ©guisant, une atmosphère communautaire est crĂ©Ă©e, rendant plus facile de se laisser emporter par le courant de l’exubĂ©rance.

L’Ă©volution historique du carnaval pourrait Ă©galement jouer un rĂ´le. Le carnaval trouve ses racines dans des fĂŞtes paĂŻennes destinĂ©es Ă  chasser l’hiver et Ă  accueillir le printemps. Ce lien traditionnel avec le cycle de la nature et la cĂ©lĂ©bration de la vie et du renouveau qui l’accompagne pourraient contribuer Ă  ce que les gens s’autorisent davantage Ă  exprimer leurs Ă©motions et leurs besoins habituellement retenus.

Qu’est-ce que le carnaval allemand et la France ont en commun ?

Un parallèle intĂ©ressant entre le carnaval allemand et la France est la signification du chiffre « 11 ». Le 11 novembre, Ă  11h11, commence officiellement la cinquième saison de l’annĂ©e, le carnaval. L’origine du chiffre « 11 » peut ĂŞtre interprĂ©tĂ©e de diverses manières, mais une explication particulièrement fascinante se trouve dans l’histoire française. Au cours de la RĂ©volution française de 1789, le onze a Ă©tĂ© compris comme le symbole des revendications de la bourgeoisie française – l’Ă©galitĂ© (E), la libertĂ© (L) et la fraternitĂ© (F). ELF signifie « onze » en Allemand.

Le terme « carnaval » provient d’ailleurs du latin « carne vale », signifiant littĂ©ralement « adieu Ă  la viande ». Cela souligne l’origine de la fĂŞte comme une pĂ©riode d’excès avant le dĂ©but du jeĂ»ne du CarĂŞme.

Dans ce sens : Alaaf, Helau et chez moi dans la rĂ©gion : Hei her – do her.

Leave a Reply

Your email address will not be published.Required fields are marked *

Facebook Linkedin Instagram